24 mars 2015

Santé globale, pratiques locales.

Séance dans le cadre du séminaire Anthropologie, psychanalyse et politique autour du Journal des Anthropologues de décembre 2014  avec Marie Bonnet, Bernard Hours, Daniel Delanoë, Clelia Gasquet-Blanchart.

La notion de santé globale s’impose dans les années 1990. Notion encore instable, elle comporte une charge polémique à l'encontre des organisations internationales jugées inaptes à prendre en charge les problèmes de la santé mondiale, en particulier les nouvelles épidémies planétaires. Les acteurs appelés à prendre la relève sont dès lors les médias, les fondations influentes au plan international, les organisations non gouvernementales et les sociétés transnationales. Dans ce numéro, des anthropologues interrogent la santé globale à partir de leurs terrains. Ils mettent en lumière ses logiques entre santé publique et intérêts privés et dévoilent les processus d’imposition de normes. Ils analysent l’évolution des rapports de force au niveau des politiques locales et entre professionnels et malades. Selon les situations, les acteurs agissent plutôt dans une logique néo-libérale ou plus spécifiquement au bénéfice des populations.

Ce dossier a été coordonné par Marie Bonnet, Daniel Delanoë et Mathieu Caulier. Clelia Gasquet et Bernard Hours ont contribué à ce numéro.

Marie Bonnet est psychanalyste et anthropologue;
Daniel Delanoë est psychiatre et anthropologue;
Clelia Gasquet est géographe, maitre de conférence à l’EHESP;
Bernard Hours est anthropologue, directeur de recherche honoraire à l’IRD, chercheur associé au CESSMA.

Détails

Lieu : La Maison Suger

Ajouter à mon agenda

Partager

Mots-clés

Séminaire