Agenda

Homosexualité et homophobie en Afrique

Mercredi 30 avril 2014 - 9h30
Date de fin :
Mercredi 30 avril 2014 - 18h30
Type d'événement :
Journée d'étude
Lieu :
Localisation :
Auditorium (sous-sol)
Pôle :
Coopérer avec le monde
Organisateur :
Type d'accès :
Accès libre
Programme :

Retrouvez les deux parties de cette journée d'étude en vidéos grâce aux Archives audiovisuelles de la recherche :

Avec les récents évènements qui ont vu le Nigeria, et bientôt l’Ouganda, renforcer leurs lois contre l’homosexualité ou encore de nombreux rapports faisant état des persécutions des minorités homosexuelles à la fois par les institutions étatiques et les instances sociales sur le continent,  les subjectivités homosexuelles et autour de l’homosexualité en Afrique ne peuvent plus être ignorées. Celles-ci constituent désormais des espaces non négligeables participant à la construction des savoirs sur le continent.

 

Cette journée d’étude se propose de revenir sur la production des savoirs sur l’homosexualité et l’homophobie en Afrique,   mais aussi de remplir des vides autour du corpus grandissant de la connaissance des sexualités africaines. Notre objectif sera de comprendre ce que cela signifie d'être gay, lesbienne, bisexuel, transsexuel, en Afrique, avec toutes les influences et les biais que cela implique. Nous examinerons pour se faire les contextes sociaux, politiques, juridiques, économiques et historiques afin d’interroger la dynamique des attitudes envers les personnes GLBTQI. Nous utiliserons également des perspectives théoriques interdisciplinaires  - de l’anthropologie à la critique littéraire -, pour nous aider à mieux comprendre comment le sexe, l'identité, la race et la sexualité sont construits et réalisés dans les productions culturelles africaines au début du 21ème siècle - y compris comme une « performance du silence »-, en relation avec la colonisation et la post-colonie, mais également avec les débats actuels sur ces questions en Occident.

Coordination scientifique

Jean-Pierre Dozon (FMSH) & Frieda Ekotto (Michigan Ann-Arbor)

Programme

9h15- Ouverture de la journée d’étude

9h30- Introduction du discutant, Jean-Pierre DOZON (directeur scientifique, FMSH)

10h15- Serena DANKWA (Université de Berne)
Supi, Secrecy, and the Gift of Knowing

11h- Pause-café

11h15- Bénédicte BOISSERON (The University of Montana)
La politique du coming out dans la diaspora africaine


12h- Christophe BROQUA (LASCO-SOPHIAPOL-Université Paris Ouest Nanterre)
L’interdépendance des mobilisations contraires autour de l’homosexualité en Afrique : à partir des cas ivoirien et sénégalais

12h45-13h- discussion générale

13h-14h - Déjeuner

14h- Introduction du discutant,  Remy BAZENGUISSA (Institut des Mondes africains)

14h15- Frieda EKOTTO (Pr University of Michigan Ann-Arbor)  
Interpeller le silence: lire l'homosexualité et l'homophobie en Afrique Sub-Saharienne

15h-Charles GUEBOGUO (University of Michigan Ann-Arbor)
De l’esthétique des réclamations socio-politiques vers l’esthétique du libre arbitre : l’homosexualité dans les productions filmiques en Afrique, le cas de Dakan

15h45- Pause-café

16h- Aminata MBAYE (Université de Bayreuth)
Société, famille et homosexualité au cœur des discours religieux et littéraires sénégalais

16h45- Patrick AWONDO   (The Graduate Institute of international and Development Studies, Geneva)
Le sexe et son double. Homosexualité, pouvoir et occulte au Cameroun.

17h30 – Discussion générale

18h - Verre de l’amitié

Discutants

Jean-Pierre DOZON (FMSH) et Remy BAZENGUISSA (IMAF)

Présentation des intervenants

AWONDO Patrick

Docteur de l’EHESS Paris a étudié les trajectoires migratoires des homosexuels camerounais vers la France. Après avoir travaillé en 2013 avec le Center for Key populations de la John Hopkins School of Public Health and Human Right, il est actuellement Visiting Fellow/Global South Scholar in Residence au Département d’Anthropologie et Sociologie du Graduate Institute of International and Development Studies de Genève.

BAZENGUISSA GANGA Remy

Anthropologue, directeur d’études EHESS et membre du site Raspail de l’Institut des Mondes africains. Ses travaux portent sur le champ politique africain, les diasporas clandestines en Europe, les guerres et violences interpersonnelles. Depuis quelques temps, il mène des recherches sur les épistémès africaines. À partir des enquêtes menées aussi bien sur le continent africain (Les Congo et l’Afrique du Sud) et en Europe (France), son travail propose une anthropologie mobilisant la moyenne durée, des réalités sociales configurées comme « africaines » par les dynamiques d’un monde commun.  Il a notamment publié : Les voies du politique au Congo : essai de sociologie historique (Karthala, 1997), Congo-Paris : Transnational traders on the margins of the law  (J. Currey et Indiana University Press, 2000),  L’Afrique des banlieues françaises (Editions Paari, 2012), Sociétés en guerres. Ethnographies des mobilisations violentes (Editions MSH, 2012).

BOISSERON Bénédicte

Associate Professor de littérature francophone à l’Université du Montana à Missoula (Etats-Unis).  Ses travaux portent sur les études postcoloniales et l’identité diasporique noire dans les Amériques. Elle est l’auteur de Creole Renegades : Rhetoric of Betrayal and Guilt in the Caribbean Diaspora (University Press of Florida, 2014) et coéditrice de Voix du monde (Presses Universitaires de Bordeaux, 2011).  Elle a publié divers articles sur la culture et la littérature française, africaine, antillaise et noire-américaine et travaille actuellement sur la question de l’animal dans les études post-coloniales.

BROQUA Christophe

Anthropologue, docteur de l’EHESS, chercheur associé au LASCO-SOPHIAPOL et à l’UMI TransVIHMI. Il a consacré ses premières recherches aux mobilisations collectives liées au sida et à l’homosexualité en France. Depuis 2003, Il enquête sur le même sujet en Afrique de l’Ouest (Côte d’Ivoire, Mali, Sénégal). Il a notamment publié Agir pour ne pas mourir ! Act Up, les homosexuels et le sida (Presses de Sciences Po, 2006) et coordonné « La question homosexuelle et transgenre » (Politique africaine, 2012, n° 126) et « Masculin pluriel » (Cahiers d’études africaines, 2013, n° 209-210).

DANKWA Serena

Est doctorante en anthropologie sociale à l’Université de Berne, Suisse. Son projet de PhD étudie les significations changeantes et les dynamiques de genre dans les  intimités entre femmes dans le sud du Ghana. Cette recherche qui aborde les champs épistémologiques africaines, féministes, postcoloniales et queer  est portée par le Center for Gender and Advocacy at the University of Ghana, et financée par le   Swiss National Science Foundation. Serena Dankwa a également obtenu un MA en Etudes africaines à SOAS et travaillé comme journaliste radio pour des programmes de World music et de musiques africaines - Elle détient également un diplôme de guitare classique du Conservatoire de Lucerne. Parmi ses dernières publications :  “Shameless Maidens”: Women’s Agency and the Mission in Akuapem, Agenda Sexuality and Body Image, 63, pp. 105–116 (2005) “;  “It’s a Silent Trade”: Female Same-Sex Intimacies in Postcolonial Ghana, Nordic Journal of Feminist and Gender Research, 17(3) (2009) ; (forthcoming) “The one who first says I love you”: Female Same-Sex Relations and Relational Masculinity in Postcolonial Ghana, Ghana Studies 14.

DOZON Jean-Pierre

Anthropologue,  actuellement directeur de recherche à l’Institut de recherche pour le développement (IRD), directeur d’études à l’École des hautes études en sciences sociales l’IRD ainsi que directeur scientifique à la Fondation Maison des sciences de l’homme. Il a travaillé principalement en Afrique de l’Ouest, sur des questions de développement, de santé, sur les problèmes ethniques, sur les relations entre politique et religion, ainsi que sur les relations franco-africaines. Tout en les inscrivant dans la longue durée, ses recherches confrontent dans deux pays d’Afrique francophones – Côte d’Ivoire et Sénégal – les entremêlements du politique et du religieux. Parmi ses publications :  L’Afrique à Dieu et à Diable. États, ethnies et religions, Paris, Éditions Ellipses (2008) ; L’Anthropologie en mouvement. L’Afrique miroir du contemporain, Paris, Éditions Quæ (2008),  Frères et Sujets. La France et l’Afrique en perspective, Paris, Flammarion (2003) ;  Critique de la santé publique : une approche anthropologique, (avec D. Fassin) Paris, Balland (2001), La cause des prophètes. Politique et religion en Afrique contemporaine, Paris, Le Seuil, 1995.

EKOTTO Frieda

Professeur à l’université de Michigan à Ann Arbor, Frieda Ekotto enseigne au département de littératures comparées, et celui des littératures et études afro-amé­ricaines et africaines. Elle a publié trois ouvrages aux éditions L’Harmattan :  L’écriture carcérale et le discours juridique chez Jean Genet (essai); Chuchote pas trop (roman) et Portrait d’une jeune artiste de Bona Mbella (roman.) Ses travaux portent sur la littérature, le droit et la question de l’autre dans le cinéma africain d’expression française. Son dernier essai s’intitule: What Color is Black ? Race and Sex across the French Atlantic (Lexington Press, 2011). Elle travaille sur un ouvrage sur l’amour saphique en Afrique Sub-Saharienne. Elle contribue régulièrement à Afrikadaa (Magazine en ligne sur l’Art Africain Contemporain) et vient de recevoir Prix Nicolàs Guillén  de l’Association de Philosophie des Caraïbes, 2014.

GUEBOGUO Charles

Ph.D Candidate,  Département de Littérature Comparée de l’Université du Michigan, Ann Arbor (USA, Charles Guebego a publié deux ouvrages et plusieurs articles sur les homosexualités en Afrique francophone  :  Sida et homosexualité(s) en Afrique. Analyses des communications de prévention. Paris : L’Harmattan (2009) ; Les sexualités africaines dans leurs nouvelles perspectives. (avec M. Epprech) Special Issue of Canadian Journal of African Studies Vol. 43, N° 1(2009);   La Question homosexuelle en Afrique. Le cas du Cameroun. Paris, l’Harmattan 2006.Il s'intéresse aujourd’hui à  la performance du silence en rapport avec les pratiques homosexuelles dans les productions culturelles et littéraires en Afrique anglophone, francophone et lusophone.

MBAYE Aminata

enseignante et assistante de recherche en littérature francophone à la chaire d’études Romanes et Comparées à l’université de Bayreuth. Son master de philosophie, obtenu à l’Université Paris I Panthéon Sorbonne, portait sur une analyse de la place du sujet féminin en philosophie et psychanalyse. Aminata Mbaye est également titulaire d’un deuxième master en socio-anthropologie du développement, obtenu à l’Institut du Développement Économique et Social (IEDES). Doctorante à BIGSAS, sa thèse  porte sur une analyse interdisciplinaire des discours sur l’homosexualité au Sénégal (littérature, cinéma, anthropologie).