04 décembre 2015

La photo-textualité : entre espace intime et espace public

Analyser la nouvelle articulation entre texte et image

Dès son invention, la photographie a entretenu un rapport conflictuel et polémique avec l’écriture. Sa manière de se proposer d’emblée en tant qu’une autre voie possible pour les arts du graphein, lui a valu souvent la méfiance des écrivains qui, tout en la critiquant, s’en sont souvent inspirés.

Si le texte écrit a souvent eu, par le passé, la fonction de contrôler la polysémie de l'image, même quand elle occupe le premier plan (par exemple dans les livres photographiques, à travers les légendes), au fil du temps la photographie a abandonné sa fonction auxiliaire.

A partir d'un certain moment, elle va partager avec le texte la même fonction expressive, leurs statuts se rapprochent et se confondent. Ce processus a d’ailleurs fait parler de photo-littérature, un genre littéraire où la photo n'est pas forcement décrite dans le texte et le texte n'est pas forcement en relation directe avec l'image. Un décalage se glisse entre image et texte.

Nous en avons des exemples excellents avec les œuvres de Sebald, où les photos ne sont pas des illustrations du texte littéraire, mais l’amplifient et le déforment à la fois.

Notre but est d'analyser cette nouvelle articulation entre texte et image dans laquelle la polysémie de l'image n'est pas limitée par le texte mais au contraire ouvre le texte au-delà de lui-même et crée un espace trouble qui brouille les confins entre intime et public, entre individuel et politique.

Programme

Matinée - Salle du Conseil B

9h45 Accueil des participants
Présidente de séance Sara Guindani

10h - L'impureté photographique
Laurent Jenny

11h - L’Image phototextuelle : dispositif de vérité ou de fiction ?
Marco Piazza

12h - "Venir de" et devenir : l'expérience photographique chez W.G. Sebald et Jean-Christophe Bailly
Muriel Pic

13h-14h30 Pause déjeuner

Après-midi - Salle 2
Président de séance Marco Piazza

14h30 - "Photo-graphein" l’amour, la maladie, la perte : Roland Barthes, Annie Ernaux, Sophie Calle
Sara Guindani

15h30 - Docu-mémoire : « Timira » et les sources du roman néohistorique italien
Giuliana Benvenuti

16h30 - Esthétique de l'esperluette chez Jonathan Safran Foer
Côme Martin

17h30 Conclusion


Détails

Lieu : Le France
Localisation : Matinée : salle du Conseil B | Après-midi : salle 2
Ajouter à mon agenda

Partager