15 décembre 2015

Qui suis-je pour mes interlocuteurs ? L’anthropologue, le terrain et les liens émergents

Séance du séminaire Anthropologie, psychanalyse et politique. Regards sur les terrains, de l'Association française des anthropologues (AFA) Cycle 2015-2016 : Subjectivation et globalisation en partenariat avec le CRPMS.

Ferdinando FAVA

« Qui suis-je pour mes interlocuteurs ? » Aussi habituelle qu’inattendue, souvent retenue au bout des lèvres, cette question atteste, découvre, et parfois brouille, nos identités et nos rapports au quotidien. Si elle est posée au cours de l’enquête anthropologique, elle la transfigure. Elle ouvre, en effet, un espace de réflexion critique où les gestes fondateurs de l’enquête (l’invitation à la parole, la possibilité d’établir des rapports) assument une signification qui échappe au contrôle de l’anthropologue et qui renvoie à la manière de ses interlocuteurs de lui donner du sens. Gérard Althabe nommait cet événement “implication”.
Dans ce livre l’auteur s’interroge sur ce que devient aujourd’hui ce concept qui est aussi une manière de procéder dans l’enquête. Il en montre la pertinence par rapport à l’interrogation de toujours qui anime les initiés et les vétérans de l’anthropologie, à savoir comment penser la manière de produire de la connaissance critique à partir de l’expérience directe des autres et avec eux.
Par le geste (risqué) de la comparaison, en connectant Althabe à ses contemporains (de Gold aux Adler, de Lourau à Sartre) et puisant à sa propre expérience de recherche, l’auteur en approfondit la dynamique et explicite, par la notion de ‘lien émergent’, sa contribution pour penser le terrain aujourd’hui.
A partir de la présentation de cet ouvrage,  éloge passionné et partisan de cette démarche anthropologique, le séminaire ouvrira le débat, à nouveaux frais par le concept d’implication ainsi saisi, sur les questions de notre temps, à savoir la réflexivité, l’intersubjectivité, l’éthique et la politique de la recherche.

Bio

Ferdinando Fava, membre du Laboratoire Architecture / Anthropologie de l’ENSA Paris La Villette (LAA/CNRS-LAVUE UMR 7218), est anthropologue urbain. Il enseigne l’anthropologie culturelle à l’Université de Padoue en Italie et est professeur invité auprès de différentes universités (France, Pays-Bas, Brésil, Mexique, Cuba, Autriche, Argentine, Pologne). Ses recherches concernent les aires urbaines de la marginalité et les interrogations épistémologiques et éthiques à la recherche de terrain.
Du même auteur
« Rénover du dedans ou de l’agency des résidents », in Didier Déponds et alii (eds), Les habitants : acteurs de la rénovation urbaine ?, Presses Universitaires de Rennes, Rennes, 2014, pp. 177-195.
« La violenza degli spazi e gli spazi della violenza ». In: Ferdinando Fava, Giuseppe Scandurra (eds.), ARCHIVIO DI STUDI URBANI REGIONALI, n. 110, 2014 pp. 25-39.
« Banlieue de Palerme : déconstruire le stigmate, sémiotiser autrement », in Béatrice Turpin (ed.), Discours et sémiotisation de l’espace. Les représentations de la banlieue et de sa jeunesse, L’Harmattan, Paris, 2012, pp. 77-101.
« Poétiques de banlieue », in Augustin Berque, Alessia De Biase, Philippe Bonnin (eds), Donner lieu au monde: La poétique de l’habiter, Actes du colloque Cerisy-La-Salle, 10-17 septembre 2009, Editions Donner Lieu, Paris, 2012, pp. 318-332.
« Est-il encore possible de représenter la banlieue ? La ZEN de Palerme, les médias et l’exclusion urbaine », in Alessia De Biase, Monica Coralli (eds), Espaces en commun. Nouvelles formes de penser et d’habiter la ville, L’Harmattan, Paris, 2009, pp. 119-137.
Banlieue de Palerme. Une version sicilienne de l’exclusion urbaine, L’Harmattan, Paris, 2007.
« Pour une anthropologie de l'écoute ». JOURNAL DES ANTHROPOLOGUES, vol. 102-103; 2005, pp. 437-445.

Séminaire organisé par :
    Olivier Douville, psychanalyste, Laboratoire CRPMS Université Paris 7,

    Delphine Lacombe, sociologue, MISHA, CNRS Alsace,

    Julie Peghini, anthropoloque, Maître de conférences en sciences de l’information et de la communication à l’Université Paris 8,   Laboratoire CEMTI,

    Monique Selim, anthropologue, directrice de recherche à l’IRD

 


Détails

Lieu : La Maison Suger
Ajouter à mon agenda

Partager