04 novembre 2015

Politique, paroles et musique. Femmes et hommes à la fin des années Soixante en Italie.

Conférence-récital-discussion de Laura Pisano, Professeure "Ordinario" à l'Université de Cagliari (Histoire contemporaine).

Laura Pisano propose quelques réflexions sur les chansons d'auteur italiennes, lues en tant que source historique d'une décennie particulière qui va de la moitié des années Soixante à la moitié des années Soixante-dix. "1968" apparaît alors pour l'histoire des femmes comme un carrefour de rencontres et de relations impliquant nombre d'entre elles. Un carrefour où, d'un côté s'ouvrent pour elles des possibilités accrues d'expression de leur propre subjectivité, d'un autre côté s'aiguisent les contradictions liées au temps long de l'histoire des relations entre les sexes et les genres.

Dans les années Soixante, selon les chansons d'auteurs italiennes (de Gualtiero, Bertelli, Fabrizio de André, Anna Identici), les femmes sont souvent encastrées dans un contexte familial où elle sont les interlocutrices de leurs compagnons, maris ou fils : une fatigue se déverse sur elles ; le poids qui en découle, psychologique et pas seulement physique, provient de leur exclusion du monde du travail ou de l'impossibilité d'y accéder, et surtout de la difficulté de défendre leurs droits.

Entre 1969 et 1970, le féminisme italien renaît, des groupes d'autoconscience se forment, les femmes parlent et se rencontrent, le mouvement féministe commence à être reconnu socialement bien qu'il soit souvent considéré comme un mouvement extrémiste et élitiste. Mais ses messages sont à l'origine de nouveaux comportements féminins et ressortent dans les textes des chansons. Politique, paroles et musique se mêlent pour produire des effets devenus visibles dans les chansons de Caterina Caselli, Patty Pravo, Mina, LittleTony, Iva Zanicchi, si bien qu'émergent à partir de là de nouveaux comportements chez les femmes qui ne craignent pas de vivre la relation de couple sur un mode différent de celui du passé, jusqu'à défier leurs compagnons et reprendre leur liberté.

Les paroles des chansons, à une époque où les femmes commencent à entrer dans les relations affectives selon des modalités nouvelles, dénotent un parcours qui les conduira à être les femmes que nous sommes, alors que nous avons appris à partager l'amour pour la liberté en nous exprimant à travers des rapports sociaux et individuels qui permettent de surmonter égoïsme et solitude.

Bio-bibliographie

Laura Pisano est professeur "Ordinario" d’Histoire du Journalisme à l'Université di Cagliari, où elle assure aussi l’enseignement d’Histoire du Journalisme international dans le cours d’études magistrales en Langues modernes pour la Communication et la Coopération internationale.

Ses travaux concernent l’histoire du journalisme et de la communication, l’histoire contemporaine, l’écriture des femmes en Italie et en France. Elle s'intéresse de plus en plus à l’histoire de la chanson. Ses contacts avec la Maison des Sciences de l’Homme et la participation au comité scientifique de la revue interdisciplinaire "Peuples Méditerranéens-Mediterranean Peoples" (1977-1997) lui ont donné l'occasion de séjours fréquents à Paris, pour mettre au point une série de recherches sur les pays du Sud méditerranéen, en particulier l'étude de l’apport des journalistes français et italiens face à la guerre d’Algérie et une recherche sur les associations de femmes dans l’aire méditerranéenne.

Elle se propose de faire connaître l’histoire de la chanson d’auteur et de la chanson populaire italiennes. Composante du groupe musical « I compagni di scena » (années ‘70), elle a présenté en 2012 et 2013 à Cagliari, Rome et Lecce le recital « Chanter les femmes », sur la violence envers les femmes et leur longue marche pour s’en libérer. Son nouveau recital « Politique, paroles et musique : femmes et hommes à la fin des années ‘60 en italie » à été présenté à l’Università del Salento (Lecce) en septembre 2015 et le sera prochainement à Paris, Rome et Cagliari.

Publications principales : Cultura e Modernizzazione nei paesi di area mediterranea,  (dir.), Franco Angeli, Milano 1986; (avec Christiane Veauvy) Paroles oubliées, Les femmes et la construction de l’Etat Nation en France et en Italie 1789-1860, Armand Colin, Paris 1997 (1ère édition Rome, 1994 ; Donne del giornalismo italiano da Eleonora Fonseca Pimentel a Ilaria Alpi. Dizionario storico bio-bibliografico. Secoli XVIII-XX, (dir.) Franco Angeli, Milano 2004 ; La società della comunicazione. Indagini sul giornalismo tra ‘800 e ‘900, CUEC, Cagliari 2007; Scrittori e giornalisti. Istantanee tra cronaca e storia, CUEC, Cagliari 2012.
Sur la chanson :  Cantare le donne, in Donne e società nei linguaggi del passato e del tempo presente. Conferenze e dibattiti al Club Soroptimist di Cagliari nel biennio 2012-2014, Nemapress, Roma 2014, pp. 29-56; Dalla tradotta alla locomotiva. Percorsi della canzone italiana del Novecento tra protesta e memoria, in Il treno e le sue rappresentazioni tra XIX e XXI secolo, Atti del Convegno multidisciplinare, a cura di Giovanni Dotoli, Mario Selvaggio, Claudia Canu Fautré, Edizioni Universitarie Romane, Roma 2015, pp. 509-522.
 


Détails

Lieu : La Maison Suger
Ajouter à mon agenda

Partager
Séminaire