10 novembre 2015

Psychologie clinique n°39 - Ruptures culturelles et dispositifs thérapeutiques

Séminaire mensuel de l’Association française des Anthropologues avec pour thème  Subjectivation  et  globalisation en partenariat avec le CRPMS.

Olivier Douville, Claude Wacjman

« Ruptures culturelles et dispositifs thérapeutique»   

Gilles Remillet

«Ethno‐cinématographie des pratiques de soin en situation clinique : l’exemple de la consultation médicale en  acupuncture»

Olivier Douville et Claude Wacjman présentent le numéro 39 de la revue Psychologie clinique "Ruptures culturelles et dispositifs thérapeutiques".

Les auteurs de ce numéro,d’ici et d’ailleurs (Algérie, Bénin, Brésil, Rep.Pop. de Chine,Rep. Dém. du Congo) donnent à lire leurs préoccupations cliniques à   partir de différents terrains concernant les problématiques culturelles,  les situations d’enfance et les devenirs adolescents. Lerésonnances de ces problématiques sont indéniables sur les plans cliniques (effets subjectifs des errances, desdéqualifications généalogiques,  exclusions  et auto-­‐exclusions) et professionnel. Ces jeunes sujets, par leur  apathie,  leur  excès,  les risques qu’ils prennent aussi, font bouger  la réalité politique et sociale dans laquelle s’exercent nos métiers du soin, de l'écoute, et de l’accompagnement, tant ces situations et devenirs possibles des jeunes ont d’importantes répercussions sur le plan social. Les enfants et   adolescents, d’ici, d’ailleurs, restent présents, pensés, troublés, abandonnés aux chocs, exposés à la perte de sens des sociétés qui les  contrôlent ou auxquelles ils échappent. Sur le seul plan de l’exrecice pensée, leur destinée, leur place est  de plus en plus difficile à ériger, empêchée par les actes, faute de paroles transmissibles facilement, faute de pouvoir  être pensée chez les représentants de la société.  Douleur d’être, douleurs de l’être ne suffisent pas à départager places et rôles lorsque les fonctions différentielles s’engluent  dans la    contrainte et la violence. Dans le lien social contemporain le risque  est aussi que des groupes déploient par l’argent et    les   logiques du marché un  ensemble de contraintes pour dominer, trier : l’imposition par la rentabilité économique comme finalité, le retour à la morale perverse pour diriger la société soumise à des choix où l’humain est dénié.

Ces problématiques auxquelles sont soumis les enfants et les adolescents ne sont elles que la métaphorisation de ce à quoi sont   confrontés les êtres humains vivant aujourd’hui dans la politique devenue statique, alors qu’elle a été érigée et construite au cours  des  siècles, ce que nous nommons aujourd’hui les progrès démocratiques qui sont paradoxalement asservis au plus petit nombre ? Il se   trouve qu’à force de vouloir construire le plus grand nombre, de vouloir participer à cette tâche qui devient impossible, nos auteurs   résistent et se protègent, quand ils peuvent, par l’appartenance à un petit nombre qui espère. Leur  tâche est bien ici de penser des  soins dans l’écoute d’une parole qu’ils souhaitent faire circuler, construire des dispositifs pour émanciper  le sujet, confronter leur  pensée à ce qui leur échappe afin, simplement, d’être là. Ils observent les dérives, les errances, les transmissions presque rompues et   s’engagent dans l’idée maîtresse que le sujet est là qui résiste, espère, attend et crée dans son symptôme des solutions à entendre  pour   des liens à retisser. Aussi verra-t-on dans ce numéro comme une constellation de coups de projecteurs sur des sociétés et  des cultures que  des a priori expéditifs poseraient comme différentes. L’ambition de ce numéro est autre : montrer ce qu’ont en commun les inquiétudes, les espoirs, les inventions thérapeutiques, les questions urgentes que posent à la pratique clinique cette génération qui vient, peu ou mal accueillie, mais résolue à vivre dans le  monde présent.

Présentation des auteurs

Olivier Douville (psychanalyste, psychologue clinicien, Directeur  de publication de la revue Psychologie clinique) et Claude  Wacjman (psychologue clinicien docteur en anthropologie, directeur  de recherches habilité à diriger des recherches,   secrétaire de rédaction de la revue Psychologie clinique) sont  tous deux membres du laboratoire CRPMS (Centre de Recherches   Psychanalyse,  Médecine et société) de Paris 7 Denis‐Diderot.

Mini‐Bibliographie

Olivier Douville, outre  300 articles ou chapitres d'ouvrages collectifs  dans des revues scientifiques françaises et étrangères, a publié récemment La chronologie de la psychanalyse du temps de Freud, Paris, Dunod, 2009, Clinique Psychanalytique de l'exclusion,  Paris,  Dunod, 2012 et  Figures de l'Autre. Pour une anthropologie clinique, Paris, Dunod, 2014.

Claude Wacjman a  publié récemment Clinique institutionnelle des troubles psychiques, Des enfants autistes  à ceux  des ITEP, Paris,   Editions Erès, 2013 et de nombreux articles dans la revue Psychologie clinique.

Gilles Remillet
«Ethno‐cinématographie des pratiques de soin en situation clinique : l’exemple de la consultation médicale en  acupuncture»

Si quelques films documentaires traitent des  relations de soin en milieu médical, citons pour exemple Hospita(F. Wiseman, 1970),  Les patients (C.Simon,1989), Ils ne mourraient pas tous mais tous étaient frappés (M.A. Roudil, S. Bruneau, 2006),  ou La  consultation (H. de  Crécy, 2007), rares sont ceux réalisés dans une optique anthropologique au sein de notre propre société.    

Je souhaite par la présente communication contribuer à cette réflexion à partir d’enquêtes  ethno‐cinématographiques  menées    
en France sur la relation médecin/malade dans consultation médicale en acupuncture, aussi bien en milieu hospitalier qu’en milieu libéral. Cette médecine souvent envisagée soit    en réaction, soit en complément de la médecine scientifique biomédicale, tend à se présenter comme plus ouverte à la démarche de soin, intégrant une compréhension  plus  globale  de  l’homme  malade et où le champ du corps, du récit et des émotions semble tenir une place primordiale.

Comment les interprétations  médicales peuvent‐elles se construire à partir de ce que le patient exprime de son corps souffrant ? En d’autres termes, dans une consultation médicale d’acupuncture où la prise en charge thérapeutiqu n’est pas différée mais s’effectue plutôt sur « le champ » ; ici les aiguilles  de l’acupuncteur remplaçant les médicaments du médecin allopathe, quelle est la place accordée au corps, à la parole du malade et à ses émotions dans la construction de « sa maladie » ? Comment le  malade arrive‐t‐il à exprimer ses maux en les transformant en récit ? Comment le médecin tient‐il compte de  la part émotionnelle des  symptômes pour élaborer son diagnostic médical et choisir la solution thérapeutique adéquate ?   

Malgré les restrictions relatives au milieuétudié, respects du secret médical et de son éthique professionnelle, nous montrerons combien l’usage du  film comme pratique d’enquête s’est révélé particulièrement fécond sur le plan  de  la  production  de  données  ethnologiques et  de leurs  analyses. Nous reviendrons également sur l’apport heuristique et méthodologique qu’offre le film pour une anthropologie des relations médecins/malades en acupuncture, et au‐delà, des pratiques de soins en situation clinique.

Minibio

Ethnologue‐cinéaste, Gilles Remillet est membre de l’équipe de recherche Histoire des arts et des représentations (H.A.R) de l’Université Paris Ouest Nanterre la Défense, membre du Comité du film ethnographique, Paris (http://comitedufilmethnographique.com) et chercheur associé à l’IREMAM, CNRS‐MMSH Aix‐en‐Provence. Après avoir été chargé de mission à la Mission du Patrimoine ethnologique (Gard) et enseigné l’ethnologie à l’Université de Montpellier  III, il  est aujourd’hui Maître de conférences en anthropologie visuelle et filmique au département des Arts du spectacle de l’Université de Nanterre où il enseigne l’histoire, la théorie et la pratique du cinéma en anthropologie. Ses travau portent sur le cinéma documentaire, l’anthropologie visuelle, le milieu ouvrier et le champ de la santé, de la médecine et de la maladie.

Minibiblio

‐ Gilles Remillet, Candelise Lucia, « Le corps,le cadre et la parole dans la consultation  médicale en acupuncture. Essai  d’anthropologie  visuelle en situation  clinique» in Pour une approche anthropologique en recherche clinique, (Sous dir. Serge Gottot, médecin de    santé publique, Maria Teixeira, anthropologue,  Caroline  Desprès, médecin/anthropologue, Hélène Mellerio, pédiatre. (A paraître, Paris, Editions des archives contemporaines, 2015).

‐ Gilles Remillet, «Ethnographie filmée des pratiques de  soin en situation clinique entre émotion et cognition. L’exemple de la consultation médicale en acupuncture», Mondes contemporains.  Revue d'Anthropologie sociale et  culturelle,  N°3,  Terrains en anthropologie visuelle, Nice, 2013, pp.123‐148.
‐ Gilles Remillet, «Filmer les  pratiques de soin dans la consultation médicale en  acupuncture.  Une  approche  ethno‐
cinématographique», Ethnologies, Québec, Vol. 33. n°2, 2013, pp. 97‐119.

- Aledo‐Remillet Karine, en collaboration avec Remillet Gilles, Malades, médecins et épilepsies. Une approche anthropologique, Paris,   l’Harmattan, Coll. Science et Société, 2004.


Détails

Lieu : La Maison Suger
Ajouter à mon agenda

Partager
Séminaire

Voir aussi