du 18 au 22 mai 2015

Le trouble ethnographique

Colloque de l’atelier IRIS-EHESS, « Réflexivité et savoirs anthropologiques » - Semaine du 18 au 22 mai 2015

Programme bénéficiant du soutien du Labex TEPSIS – Transformation de l’Etat, Politisation des Sociétés, Institution du Social.

Comité organisateur :

  • Marieke Blondet (MNHN, UMR 7206 Eco-anthropologie et ethnobiologie et LEF INRA, Nancy).
  • Mickaële Lantin Mallet (doctorante IRIS-EHESS)
  • Bob White (Professeur, Université de Montréal, CA)
  • Alban Bensa (DE IRIS-EHESS)

La relation d’enquête invite les personnes interrogées par l’ethnographe à s’exprimer autrement qu’elles ne le font d’habitude dans leurs milieux de vie. Symétriquement l’ethnographe pose des questions, note des réponses et fait des observations tout à fait spécifiques à son activité momentanée d’enquête. S’instaure ainsi un espace de parole et de pratique singulier dont les partenaires ne sortent pas indemnes.
Les interrogé(e)s en viennent à se poser les questions que l’ethnographe leur a posé et aussi à se servir de l’ethnographe pour se dire entre eux ce que peut-être ils ne pourraient pas exprimer sans la présence de ce tiers inclus. L’ethnographe, pour sa part, voit se modifier ses dispositions sociales et psychologiques parce que ses habitudes de pensée et ses façons d’être sont mises à mal par celles de ses hôtes auxquelles il doit s’adapter pour y comprendre quelque chose.
Ce panel voudrait inviter les ethnographes que nous sommes à restituer ces troubles chez soi et chez l’autre tels qu’ils sont induits par l’enquête. Il s’agira de penser donc l’enquête en tant qu’il s’agit d’une expérience de savoir qui passe par une expérience existentielle et réciproquement tant pour les enquêté(e)s que pour les enquêtant(es). Pour mettre en évidence ces métamorphoses de soi et de l’autre, il est proposé de s’attacher à analyser des anecdotes de terrain mettant en lumière les malentendus productifs à l’occasion desquels ethnographes et ethnographié(e)s se découvrent autres que ce qu’ils ou elles croyaient être avant les interactions d’enquête : remise en cause des grandes croyances anthropologiques au don, mythe, ou mode de pensée, etc. ; questionnement moral sur les bien-fondés de nos valeurs; ouverture à l’universalité de pratiques ou d’idées que l’on imaginait typiques de telle ou telle culture, etc. L’analyse de ces troubles est en effet porteuse d’un savoir anthropologique sur les logiques de passage du personnel au collectif et réciproquement, sur les dynamiques de transformation de soi et des autres au fil de l’enquête, qui, comme nous le savons désormais, est d’abord une histoire, une sorte de longue anecdote.

Programme prévisionnel :

Jour 1 :

  • Accueil et mot d’introduction
  • Plénière 1 : Marieke Blondet et Mickaële Lantin Mallet

Session 1 :
* Personality Disorders and the Trouble with Hierarchy Among Catholic Healers in Switzerland
Claude Nicole Grin (IUHMSP- University of Lausanne-Switzerland)

* Study up/ Study Down: Subject Position
Eric Gable (University of Mary Washington) 

* Visiting Tyua : The Mutual Construal of Relatedness and Knowledge
Natacha Collomb (CNRS)

 Session 2
* Anthropology's Inner Ear: Listening As Praxis
Bob W White (University of Montreal)

* Anthropology in the Ghetto: Illegitimate Discipline and Sense of Belonging
Antonella Di Trani (EHESS)

* Confusion of Power : Colonized People and Intellectuals in Kanak New Caledonia
Alban Bensa (EHESS)

Jour 2 :

Session 3

* Ethnographic Experience and Misunderstanding As a Productive Mirror
Luis R Cardoso de Oliveira (University of Brasilia)

* Production, Creation, Destruction of Ethnographic Data: What Do We Do ?
Vincent Crapanzano (CUNY Graduate Center)  Confirmer qu’il vient bien ?

* Les artistes et le chercheur faces aux précautions ordinaires sous un régime autoritaire
Annabelle Boissier (Chercheuse associée au LAMES, MMSH)

  • Plénière 2 : Vincent Crapanzano
  • Mot de clôture : Bob White et Alban Bensa


Détails

Lieu : La Maison Suger
Ajouter à mon agenda

Partager
Colloque