31 mars 2015

Aragon, Proust et l’écriture de la Grande Guerre

A l'occasion de la parution de Aragon, romancier de la Grande Guerre et penseur de l’Histoire (Marie-France Boireau, Presses universitaires du Septentrion, 2013)  et de Proust écrivain de la Première Guerre mondiale (Philippe Chardin et Nathalie Mauriac Dyer, Editions universitaires de Dijon, 2014) :

Rencontre avec Marie-France Boireau et Philippe Chardin.

Louis Aragon a connu les deux grands conflits mondiaux - mobilisé en 1918 et 1939 - l'Entre-deux-guerres, la Résistance, et la Guerre froide. Devenu écrivain, il met sa réflexion historique au service d’une ambition romanesque qu’il conçoit comme « une machine, au sens moderne de ce mot, à transformer au niveau du langage la conscience humaine ». Aragon pense la guerre pour montrer le dessous des cartes, les causes profondes du conflit. Pensée complexe que nous dévoilera Marie-France Boireau au cours de soirée.
À ses côtés, Philippe Chardin nous engagera à dépasser les aspects sulfureux de la vision proustienne de la guerre depuis Paris pour saisir la portée de l’intégration au sein de À la recherche du temps perdu de la Première Guerre mondiale survenue inopinément durant la rédaction du livre. L’œuvre reflète avec génie les contradictions de l'esprit d'un temps et d'un pays partagés entre exaltation héroïque et dégoût de la guerre.

En présence de :
Marie-France Boireau est agrégée de lettres et docteur en littérature, membre associé du CEPOC/ POLEN de l’université d'Orléans.

Philippe Chardin est professeur de littérature comparée à l’université de Tours et coresponsable du séminaire Proust de l’Institut des textes et manuscrits modernes (UMR 8132).


Détails

Lieu : Le Comptoir des Presses
Ajouter à mon agenda

Partager

Voir aussi