du 03 au 04 décembre 2014

Christine de Suède, l'Européenne | conférence et concert

Une coopération entre Autriche, France, Italie & Suède, avec le soutien de l'Union Européenne et sous le Patronage de la Princesse Christina Mrs Magnuson.

Christine de Suède abdique le 6 juin 1654. Elle quitte son pays pour se rendre à Rome. Alexandre VII lui donne le baptême et l’héberge au Palais Farnese. Elle voyage beaucoup. À Paris Mazarin l’accueille dans ce même palais où, trois siècles plus tard, la Fondation Maison des sciences de l’homme, à travers l’événement de ce soir, met à l’honneur celle qui pourrait bien devenir la figure emblématique de l’Europe de la culture.

Le projet

Le projet « Christine de Suède, l’Européenne » a été initié par Philippe Beaussant de l’Académie française et Mats Liljefors, directeur de Royal Festivals à Stockholm. Administré par la Foundation Queen Christina - the European Culture Initiative, il a pour objectif, au sein du processus de la construction européenne, de développer une réflexion sur la culture européenne et l’identification d’un symbole fédérateur où chacun puisse se reconnaître et ancrer ses valeurs et son identité dans un esprit de tolérance et de paix.
Le projet initial se déroule dans les quatre pays partenaires entre 2014 et 2015. Il se poursuivra ensuite avec l’Espagne, l’Allemagne et la Pologne.

En France, la Fondation Maison des sciences de l’homme a réuni un conseil scientifique autour de Claude Imbert ; il est chargé de promouvoir le projet et de diffuser une réflexion sur l’identité culturelle européenne au sein des établissements universitaires et de recherche.

Coordination du projet : Denis Viart

Programme

L'étape française de ce périple européen aura lieu les 3 et 4 décembre 2014 à Paris.

Mercredi 3 décembre à 17h | Institut national d'Histoire de l'Art

17h Conférence : Christine, philosophe et mécène

Ouverture : Michel Espagne (Directeur de l’Umr Transferts culturels, Cnrs et Ens-Paris Psl)
Christine : l’avenir d’une pensée hors frontières

Christine et les milieux intellectuels français 

Denis Kambouchner (Université Paris I) : L’invitation faite à Descartes
Jean-Charles Darmon (Ens et Cnrs) : Christine rencontre  les Libertins français
Claude Imbert (Ens) : Pascal envoie à Christine sa machine à calculer

Christine : une politique européenne 

Jean-Claude Milner (Philosophe, linguiste) : Christine et la paix de Westphalie 
Yves Saint–Geours (Ambassadeur, Directeur général de l’Administration, Ministère des Affaires étrangères et du développement international) : Le traité de Westphalie
Philippe Beaussant (Académie française) présente son livre sur la culture musicale et le mécénat de Christine, La reine Christine et la musique (Fayard)

18h30 Cocktail

19h10 Concert Ensemble instrumental La Badinerie-La Tempesta

Sous la direction de Mats Liljefors (Royal Festivals Stockholm)

Avec Patrick Bismuth, violon solo, Saskia Lethiec, violon, Julie Friez, violon, alto, Bernard Vandenbroucque, violoncelle, Jean-Christophe Deleforge, violon, Claire Devilleneuve, flûte à bec et Guillaume Cuiller, hautbois.

Marie Arnet, soprano, Amanda Liljefors, mezzo soprano.

Programme

Anonyme  L’Amour constant, suite pour ballet (créé à Stockholm en 1646)

Claudio Monteverdi (1567-1643)  Ohimè ch’io cado

Jean-Philippe Rameau (1683-1764)  Coulez mes pleurs, extrait de Zaïs

Alessandro Stradella (1639-82)  La forza delle stelle
N°1 Ouverture
N°3 Sospiri quanto (S)  
N°15 Chi viva godendo (MS)
N°7 Sinfonia and Dances
N°11 Disperarsi è vanità (S)
N°5-6 Duets Io se t’amo et O stelle adorate   
N°14 Sinfonia

Girolamo Frescobaldi (1583-1643) Cosi mi disprezzate

Luigi Rossi (1597-1653) La Lyra d’Orfeo, passacaille (S)

Arcangelo Corelli (1653-1718) Concerto grosso, opus 6:4
Adagio allegro – Adagio – Vivace – Allegro

Jeudi 4 décembre à 18h | Centre culturel suédois

Conférence et projection : La Reine Christine à l'écran

L'ensemble du programme est consultable sur le site queenchristina.eu 

Promouvoir une Europe de la culture

Lorsque l'Europe est ravagée par les conflits lorsque Christine de Suède assiste, à l'âge de six ans, aux obsèques de son père, Gustave Adolphe Vasa, tué en Allemagne sur le champ de bataille alors qu'il commandait les troupes protestantes contre les catholiques. Christine est la seule héritière au trône de Suède.

La jeune femme est élevée comme le futur roi et se distingue par son appétit de savoir, sa maîtrise des langues étrangères (elle en parle huit), ses connaissances en philosophie, en physique, en musique, etc. Jeune souveraine, elle impose la signature du Traité de Westphalie qui met fin à la Guerre de Trente ans. Elle fait construire des hôpitaux, des écoles, des universités. À la cour de Stockholm, elle invite scientifiques, philosophes, hommes de lettres.

Et soudain, au faîte de la puissance et de la renommée, en 1654, Christine provoque un véritable choc parmi ses sujets et dans toute l'Europe par son abdication, son exil à l'étranger et, un an plus tard, sa conversion au catholicisme.

En 1655, Christine de Suède commence un voyage à travers l'Europe. À Hambourg, Amsterdam, Bruxelles, Innsbruck et Spoleto, tout au long de sa route, elle est acclamée comme la reine de la paix, de la tolérance et de l'unité, parfois même comme une sainte.

Sa vie a été vouée, au plus haut degré, aux arts, aux sciences et à la philosophie. Auteure de plusieurs ouvrages et d'une importante correspondance diplomatique, elle a fondé des académies dans les villes où elle séjournait, s'entourant de musiciens et d'artistes tout en continuant à nourrir des ambitions politiques. À sa mort le pape lui réserve des funérailles dignes d'une souveraine. Elle est enterrée dans la basilique Saint-Pierre de Rome.


Détails

Localisation : Institut national d'Histoire de l'Art, 2 rue Vivienne, Paris 2e & Centre culturel suédois, 11 rue Payenne, Paris 3e
Ajouter à mon agenda

Partager

Mots-clés

Conférence