26 juin 2014

Enseigner et former aux aires culturelles : enjeux et perspectives

5ème journée d’études préparatoires au Colloque international de l’Institut des Amériques 2014 « Aires Culturelles »  

Coordination : Georges Lomné (UMV), Joanna Nowicki (UCP)  et Jean-Michel Blanquer (ESSEC, Président de l’IdA)

L’offre de formation proposée par le système d’enseignement supérieur français est riche et couvre l’ensemble des cultures du monde, intégrant dans un système LMD jusque dans les langues, cultures et dialectes les plus locaux (cf. curricula à l’Inalco). Cette diversification de l’offre, si elle positionne l’enseignement supérieur français parmi les plus dotés à l’échelle mondiale –les chercheurs français sont les spécialistes mondiaux de plusieurs langues rares – se heurte cependant à des difficultés croissantes. Une première difficulté concerne les effectifs étudiants dont les évolutions – en forte baisse – demeurent problématiques au moins pour certaines institutions très emblématiques. De manière corrélative, cette diversification doit être nuancée par une distribution très asymétrique entre les différentes langues et cultures en moyens, en effectifs enseignants et en étudiants. Dans certaines spécialités peuvent figurer quelques étudiants et dans d’autres plusieurs centaines. Une deuxième difficulté tient aux objectifs des formations aux aires culturelles : doit-il s’agir massivement de formations destinées à la recherche et à l’enseignement ou y a-t-il une nécessité impérieuse d’intégrer une dimension professionnalisant systématique pour réajuster les tendances à la baisse des inscriptions ? Si oui, dans quelles proportions et dans quels domaines de compétences ?

Cette question est intimement liée à une troisième difficulté qui concerne la formation à la recherche : comment faire face à la polarisation disciplinaire qui caractérise certaines aires en dépit du discours multidisciplinaire ? Au-delà, quid des intitulés de diplômes ? Par discipline ou par aires ? Avec quelle rentabilité pour l’étudiant du point de vue de son placement sur le marché du travail ? Ces questions sont intrinsèquement liées : le rétrécissement des débouchés tarit la source des effectifs entrants dans les filières d’aires, menaçant de ce fait leur survie. Cette journée d’études vise à apporter des éclairages sur les différentes situations en fonction des aires étudiées.

« L’enseignement de l’histoire de l’Afrique en France »

Pierre Boilley (Professeur à Paris-1, Panthéon-Sorbonne, Directeur de l’Institut des mondes africains, IMAF).

L’histoire académique de l’Afrique est une spécialité récente au sein de l’Université française. Malgré les liens historiques anciens avec le continent, les stéréotypes français sur l’Afrique et son passé n’ont pas permis qu’une recherche sérieuse s’implante avant la décolonisation et les années 60. Or, soixante ans après les indépendances, force est de constater que non seulement les postes d’enseignants-chercheurs sont très rares dans cette spécialité, mais que l’histoire africaine reste très peu présente à l’agrégation et dans l’enseignement secondaire. Quelques chiffres permettent facilement d’analyser cette situation qui, à part certaines fragiles avancées récentes, reste fondamentalement à améliorer.

« Le Moyen-Orient : images d’une aire culturelle occidentale ? »

Jean-Marc Fevret, (Professeur d’économie, sociologie et histoire des sociétés contemporaines en classes prépa HEC. Membre du comité national de l’Association des Professeurs d’Histoire-Géographie, APHG).

L’enseignement français du Moyen-Orient relève encore de sa rhétorique fondatrice tout en s’étant profondément renouvelé depuis deux générations : des programmes de l’aval de l’enseignement secondaire à ceux de l’enseignement purement supérieur.
Cette aire, très marquée par les projections occidentales, par le contact et la confrontation, est  présentée comme un objet privilégié de l’étude de la conflictualité mais est aussi définie par les réseaux qui l’enserrent. L’abord sociologique s’y impose depuis plusieurs décennies, proposant des grilles interprétatives en mutations constantes. Les registres d’étude sont ici distendus entre l’impact des interrogations du moment et la volonté de mettre en perspective les phénomènes socioculturels sur le très long terme.
Ici aussi se pose donc la question de l’élaboration et de la pertinence d’une certaine multidisciplinarité.

« Comment enseigner L’Europe médiane en France ? ».

Joanna Nowicki (Professeur à l’Université de Cergy-Pontoise en sciences de l’information et de la communication. Directrice du Master Ingénierie éditoriale et communication).

La constitution d’un  GDR pluridisciplinaire « Connaissance de L’Europe Médiane » par Antoine Marès (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne), Marie-Elisabeth Ducreux (CNRS-EHESS) et Clara Royer (Université Paris4 Sorbonne) a mis en évidence la volonté de nombreux chercheurs français de réactualiser ce concept, peu connu du grand public. L’espace envisagé, va de l’Allemagne à l’Ouest à la Russie à l’Est, de la Finlande au Nord à la Bulgarie au Sud, c’est-à-dire qu’il inclue l’Europe baltique, l’Europe centrale (au sens large), l’Europe orientale et l’Europe balkanique.

Quelles peuvent être  les raisons  de mettre en valeur aujourd’hui ce concept qui n’est pas rentré dans l’usage courant et comment enseigner cette aire culturelle toujours insuffisamment présente dans les départements universitaires en France, habitués aux pratiques disciplinaires  et aux découpages géographiques qui la mettent trop souvent en marge ?

« Latin American and Europe: Past and Present of a Special Relationship »

Czesław Porębski (Professeur de Philosophie à l’Institute of European Studies, Université Jagellone, Cracovie).

The course on various aspects of the relationship Latin America-Europe is being offered within the program called Euroculture. This program is a joint initiative of eight European universities, Jagiellonian University in Cracow being one of them. The program will be briefly presented.

The main part of the presentation will be devoted to the contents  of the course and to the way it is being taught. One of the characteristic features of the course is that it combines academic perspectives of several disciplines. In consequence, each component of the course is taught by a different person  who is  an  expert on a  given field, such as history,   political science, anthropology, sociology, literary studies, history of Latin American thought etc. Some more definite topics of the particular components of the course will be, by way of example, briefly discussed, as well as reading assignments and illustrative materials.

« L’Amérique latine en France : recherche et enseignement »

Georges Lomné (MCF à l’Université Paris-Est, Marne-la-Vallée, UPEM. Ancien directeur de l’Institut Français d’Etudes Andines, Umifre 17, MAEDI/CNRS-USR 3337 Amérique Latine).

Au XIXème siècle, les Français ont inventé « l’Amérique latine » à des fins géopolitiques. A partir de 1945, ils lui exprimeraient la gratitude que l’on réserve aux compagnons d’armes. D’un même mouvement, l’Amérique latine deviendrait objet d’étude et d’enseignement. Plusieurs centres de recherche furent alors pionniers dans une démarche d’area studies à la française avant que le diktat disciplinaire ne reprenne ses droits, segmentant les approches et les espaces considérés. Une série de démarches pluridisciplinaires récentes a permis de décentrer le regard et d’inscrire l’Amérique latine dans un contexte plus vaste, occidental et mondial. Á de rares exceptions près, l’Université tarde pourtant à donner ses lettres de noblesse à une aire culturelle souvent considérée comme mineure. Il faudra essayer d’en comprendre les raisons et d’y trouver remède.

Contributions à confirmer

”Etudes US / Etudes nord-américaines / Etudes américaines” en Europe
Jacques Pothier. Professeur à l’Université de Versailles, Saint-Quentin-en-Yvelines. Vice-Président pour l’Amérique du Nord de l’Institut des Amériques (IDA).
Gustavo Guerrero. Professeur à l’université de Cergy-Pontoise.

Sujet proposé : l’enseignement sur l’Amérique latine dans les universités nord-américaines.


Détails

Lieu : Le France
Localisation : salle 2
Ajouter à mon agenda

Partager