04 avril 2014

Abdoul : Trajectoire sociale et politique d’un étudiant éthiopien formé en URSS

Séminaire organisé par le programme ELITAF - élites africaines formées dans les pays de l’ex-bloc soviétique du Réseau Interdisciplinaire Afrique Monde  (RIAM).

Avec Tassé ABYE, Professeur de Sociologie et du travail social, Faculté des lettres, des sciences sociales et humaines, Université de Nouakchott

Discutant : Rémy BAZENGUISSA-GANGA, directeur d’études à l’EHESS, IMAF, site Raspail, RIAM

Le nombre d’étudiants éthiopiens formés dans les pays de l’ancien bloc soviétique entre les années 1956 et 1990 dépasse de très loin celui des Ethiopiens formés dans les universités des pays de l’Europe de l’Ouest pour la même période. A titre d’exemple alors qu’ils sont 7000 à être formés en Union Soviétique entre 1956 et 1990, la France accueille pour la même période moins de 300 étudiants.

La grande majorité des étudiants qui séjournent dans les pays de l’Est, l’ont fait durant le régime du Colonel Mengistu Hailé-Mariam (1974-1991), régime se réclamant du socialisme. Une analyse rapide peut faire penser que tous ceux formés dans ces pays sont des alliés de ce régime. Pourtant, un nombre très important d’entre eux ne retourneront pas en Ethiopie, ils trouveront des moyens de quitter les pays de l’Est pour demander asile dans les pays du bloc de l’Ouest, principalement aux Etats-Unis. Plus encore, on compte parmi ceux formés dans les pays de l’Est des opposants farouches au régime du Colonel Mengistu Hailé-Mariam. Certains s’engageront dans la lutte armée contre le gouvernement soutenu par Moscou. En utilisant « l’approche biographique » qui est au cœur du projet ELITAF, nous présenterons la trajectoire d’Abdoul, l’un des militants radicaux de ce qui a constitué alors l’opposition au régime. Abdoul, aujourd’hui installé au Canada, a été le second Commandant en Chef de l’Armée Révolutionnaire du Peuple Ethiopien, une des premières guérillas en Ethiopie contre le régime. Abdoul est étudiant à Moscou au moment de son recrutement par le Parti Révolutionnaire du Peuple Ethiopien (PRPE). Il quittera l’URSS pour le Liban, puis pour les camps d’entraînement du FATAH en Syrie pour se former à la guerre de guérilla. Par la suite, après de multiples détours, il traverse la frontière éthiopienne à partir du Soudan pour démarrer avec 17 autres révolutionnaires une lutte armée qui dura environ 10 ans. La trajectoire sociale,  politique et de militant d’Abdoul nous éclaire sur différentes postures existantes parmi les étudiants formés dans les pays de l’ancien  bloc soviétique.

Références

Andargatchew Assegid. (2000). Beachir Yetekech Rejime Guzo: MEISON beItiopia  Hizboch Tigil Wust’ (en Amharique). Addis Ababa: Central Printing Press.

Bahru Zewde, (2002). Pioneers of change in Ethiopia : The reformists intellectuals of the early twentieth century Addis Ababa University Press / James Currey / Ohio University Press. Addis Ababa / Oxford / Athens.

CIA, Directorate of Intelligence, (1989). Moscow’ Third World Educational Programs: An investment in political influence.

Federal Research Division of the Library of Congress under an interagency agreement (1984). Summary of commentary in Pravda on Sub-Saharan Africa, April 22 - May 21, 1984.

Kiflu Tadesse. (1993). The Generation: The History of the Ethiopian People’s Revolutionary Party (Part I). Trenton, N.J.: The Red Sea Press.

Kiflu Tadesse, (2000). The Generation: The History of the Ethiopian People’s Revolutionary Party (Part II), Trenton, N.J.: The Red Sea Press

Paulos Milkias (2011). Africa in Focus : Ethiopia, ABC-CLIO.

Tekele Hawariat Tekle Mariam. (Fitawrari) (2010). My autobiography, Addis Ababa University Press.


Détails

Lieu : Le France
Localisation : Salle du Conseil A
Ajouter à mon agenda

Partager
Séminaire

Voir aussi