10 décembre 2013

Déni du passé, souffrances du présent

Séance avec Annie Benveniste.

La communication parlera des ratés de la transmission de l'apartheid tels que j'ai pu les entendre/constater auprès d'une population de Soweto à la fin de la première décennie des années 2000. Dans l'attente d'une hypothétique amélioration apportée par la coupe de football, les personnes rencontrées vivaient leur présent comme une continuité sans changement avec le passé, voire comme une période d'accentuation de leurs souffrances. J'ai voulu travailler en profondeur ce "déni" du passé de l'apartheid, en rupture apparente avec toutes les études sur les conséquences autant sociales et familiales que politiques du régime.

Je rendrai compte de plusieurs récits - surtout des récits de femmes - qui ne sont pas en harmonie avec les principes de la TRC (Truth and Reconciliation Commission) : ils racontent une autre histoire selon d'autres modalités que celles de la "full disclosure" des faits ou de la "parole qui soigne".

Je montrerai aussi comment ces récits m'ont affectée et comment j'ai du revenir longtemps sur cet affect afin de pouvoir écrire moi-même un récit. Je l'ai fait dans un livre à plusieurs voix : Se faire violence. Analyses anthropologiques des coulisses de la recherche (A. Benveniste ed, Editions Téraèdre, 2013) qui revient sur la violence des terrains et sur la façon dont  s'en dé-saisit l'ethnologue, tout en se saisissant des affects qu'il/elle vit.

Ce texte à plusieurs voix est l’aboutissement d’un long atelier de travail qui invitait chaque chercheur de faire un retour sur soi. Conçu comme un mouvement réflexif de soi à soi mais pris dans une discussion collective il a eu pour résultat de déplacer le questionnement initial, de produire de nouveaux matériaux. Cet atelier permit à chacun de prendre du temps, de se perdre en réalisant une plongée dans le passé proche ou lointain de ses terrains, du ressenti de la violence et de se laisser déstabiliser dans ses certitudes. La longue durée et l’intensité de nos échanges et du travail de chacun sur sa façon d’être affecté a permis non seulement de dépasser la réflexion sur les modes d’objectivation de la violence dans leur articulation avec les conditions de production de la recherche ; mais aussi d’aborder autrement  le rapport du chercheur à la violence en montrant comment cette dernière devenait analyseur des matériaux, des objets analysés et des affects.

L’atelier est allé beaucoup plus loin que le travail de réflexivité, obligeant chacun à revenir sur les effets insuffisamment  travaillés – partiellement occultés - du surgissement de la violence, que ce soit au cours de l’enquête ou dans le retour fait sur les « affects » ressentis par le chercheur sur son terrain.

Annie Benveniste est anthropologue, Maître de conférences HDR en sciences de l’éducation à l'Université Paris 8.  Ses domaines de recherche sont l’anthropologie du religieux,  l’instrumentalisation du genre dans la recomposition des formes du religieux, les migrations et les jeux de constructions identitaires et de mémoires. Elle a travaillé, à Soweto sur la transmission du passé. Cf. dernière publication

Bibliographie

Parmi ses publications, figurent :

  • Figures politiques de l'identité juive à Sarcelles, Paris, L'Harmattan, coll. Anthropologie critique, 2002
  • « Le récit migratoire ou l'identité instable », in Journal des Anthropologues. L'écriture des sciences sociales, n°75, AFA,. 1998 : 85-95
  • "Grands ensembles et singularités communautaires", in Les Annales de la recherche urbaine, n° 96 : "Urbanité et liens religieux", oct. 2004.
  • Coordination du n°100 du Journal des anthropologues, "Education, religion, Etat", janvier 2005.
  • « Expertise contrainte ou dés-implication du chercheure, n°108-109 du Journal des anthropologues, 2007.
  • Entrée : « Racialisation et ethnicisation de la religion » in Dictionnaire des faits religieux, sous la direction de Régine Azria et Danièle Hervieu-Léger, 2009.
  • "Récits de la petite Turquie. Entre mémoire et fiction", Archives juives, 2009.
  • Se faire violence. Analyses anthropologiques des coulisses de la recherche, A. Benveniste ed, Editions Téraèdre, 2013


Détails

Lieu : La Maison Suger
Ajouter à mon agenda

Partager