11 juin 2013

La fabrique de l’art national. Le nationalisme et les origines de l’histoire de l’art en France et en Allemagne, 1870-1933

Rencontre à l’occasion de la parution de l'ouvrage de Michela Passini (Editions de la MSH/Centre allemand d'histoire de l'art, 2012), en présence de Michela Passini et François-René Martin. Mardi 11 juin 2013, 19h.

Les entretiens du Comptoir des presses

Rencontre à l'occasion de la parution de La fabrique de l’art national. Le nationalisme et les origines de l’histoire de l’art en France et en Allemagne, 1870-1933 par Michela Passini (Editions de la MSH/Centre allemand d'histoire de l'art, 2012).

Michela Passini, Docteure en histoire de l’art (Ecole normale supérieure de Pise), chercheure au CNRS-Institut d’histoire moderne et contemporaine.
François-René Martin, Professeure d'histoire générale de l'art à l'Ecole nationale supérieure des Beaux-Arts de Paris.

Le nationalisme culturel du 19e siècle a permis l’éclosion d’une histoire de l’art instituée au travers de chaires universitaires, d’enseignants et d’écoles spécialisées destinées aux futurs professionnels du patrimoine (création en 1882 de l’Ecole du Louvre par exemple). Ce processus d’institutionnalisation au sein de l’Europe conduit à une compétition entre nations qui se joue autant sur le plan des productions symboliques (la Renaissance n’est pas italienne, le gothique est français, …) que sur le plan géopolitique. De ce moment propice à la création d’un récit de l’art national français et allemand, l’ouvrage dégage « la dimension intrinsèquement politique d’une discipline qui étudie, reconstitue, classe et ‘raconte’ le patrimoine de la nation. » Le début du nationalisme Les tendances nationalistes dans l’histoire de l’art commencent avant 1870 et se poursuivent au-delà de 1933. Néanmoins ces dates marquent la période au cours de laquelle le facteur national devient le critère décisif dans l’écriture d’une histoire de l’art. Par ailleurs, si le binôme franco-allemand est au centre de l’analyse, l’Italie s’impose comme troisième pôle en tant que « référent implicite de toute écriture d’une histoire des arts » à l’époque.

La fabrique de l'art national. Le nationalisme et les origines de l'histoire de l'art en France et en Allemagne, 1870-1933
Paris, Editions de la Maison des sciences de l'homme/Centre allemand d'histoire de l'art, janvier 2013, 366 p.
ISBN-13 978-2-7351-1439-9

Pour en savoir plus et/ou commander l'ouvrage 


Détails

Lieu : Le Comptoir des Presses
Ajouter à mon agenda

Partager