14 mai 2013

La légitimation (V) : L’accès au social

Séance du séminaire "Anthropologie, psychanalyse et politique, regards sur les terrains"

par Louis Moreau de Bellaing

Le terme apparaît un peu partout dans les sciences humaines et sociales et dans les mass médias. Il a en général deux significations : la légitimation juridique par la loi votée par le Parlement, et la légitimation idéologique, c’est-à-dire celle qui est donnée par les grandes idéologies : naturalisme, sexisme, scientisme, technocratisme, etc. Du coup, lorsqu’on prononce le terme légitimation, cela ouvre effectivement une question : la légitimation de quoi ? C’est à cette question que Louis Moreau de Bellaing voudrait répondre, en montrant que :

1/ Il y a une légitimation métasociale et métapolitique, autrement dit inconsciente politiquement et inconsciente socialement et une légitimation sociale et politique.

2/ Par hypothèse cette légitimation prend sens à partir du présupposé freudien du pulsionnel : pulsion de vie et pulsion de mort.

3/ La légitimation processus et son état provisoire, la légitimité, comportent le métapolitique ou symbolique ou loi symbolique avec des processus et des états tels que la prohibition de l’inceste, le sacré civil, le don, le sacrifice, l’autorité, l’altérité, la reconnaissance, la réciprocité éventuelle, l’identité et les classifications.

Elle comporte aussi le métasocial avec des processus et des états comme le pouvoir, la volonté, le désir. A partir du libre arbitre groupal et individuel, elle devient sociale et politique. Les états et processus précédents vont être institués par le libre arbitre. Ils vont être institués dans le politique et comme politiques. Ils vont l’être également dans le social s’accomplissant et accompli : attitudes et comportements, don et échange, pouvoir, volonté désir, socio-politique et oeuvre. Le libre arbitre groupal et individuel institue la politique, à distance maximale , mais non séparé du socio-politique et de l’économique. Le socio-politique donne à la politique, la politique donne au socio-politique et à l’économique. Mais le pulsionnel, en fonction des circonstances, des conjonctures et des conjectures, peut toujours passer à l’excès, déborder le métasocial et le métapolitique, le libre arbitre, le social et le politique, enfin la politique. C’est ce que Louis Moreau de Bellaing appelle l’excès (pour éviter les termes théologiques de bien et de mal)  s’accomplissant et accompli dont le plus bel exemple est actuellement l’excès capitaliste globalisé. Louis Moreau de Bellaing, fonctions actuelles et
titre :

  • Ancien professeur des universités
  • Membre du Collège international de Psychanalyse et d'Anthropologie (CIPA)
  • Membre de l'Association Française des Anthropologues
  • Membre du comité de rédaction de la revue L'Homme et la Société
  • Membre du comité de rédaction de la revue Anamnèse
  • Membre du M.A.U.S.S. ( Mouvement Anti-Utilitariste dans les Sciences Sociales)

Bibliographie succincte :

  • La légitimation, Paris, L'Harmattan, 1996
  • La fonction du libre-arbitre, Légitimation II Paris, L'Harmattan; 2000
  • Le don et l'échange, Légitimation III Paris, L'Harmattan, 2005
  • Le pouvoir, Légitimation IV Paris, L'Harmattan (2009)
  • L’accès au social, Légitimation V Paris, L'Harmattan (2012)


Détails

Lieu : La maison Suger
Ajouter à mon agenda

Partager