30 novembre 2012

Energie, Technologie et Société

Séminaire du GRETS: présentation et discussion des travaux des chercheurs du Grets.

À la croisée de préoccupations politiques, économiques, sociales,  environnementales, l’énergie constitue un enjeu majeur des sociétés contemporaines, enjeu qui connaît, après l’épisode des chocs pétroliers, un nouveau moment d’intense actualité. La centralité croissante des questions énergétiques ainsi que les engagements sur l’environnement passés à l’échelle internationale ont conduit à une redéfinition des agendas gouvernementaux des pays industrialisés. L’énergie a été réinvestie par les institutions, la communauté scientifique et la société civile à travers de nouveaux problèmes, de nouvelles perspectives, de nouvelles propositions. Dans le champ des sciences humaines, l’énergie acquiert progressivement le statut d'objet de recherche à part entière au sein d'un nombre croissant de disciplines ou dans le cadre d'approches pluridisciplinaires. La multiplication des travaux contribue à l’ouverture d’un nouveau champ appliqué aux questions énergétiques et à l’émergence en France d’une sociologie de l’énergie. C’est pourquoi, le Groupe de Recherche Energie Technologie Société (GRETS), unité de recherche en sciences sociales de EDF R&D a souhaité organisé une journée de colloque consacré à ce thème.

À travers cette journée qui reprend dans son intitulé les termes de sa dénomination depuis l’origine, « Energie, Technologie, Société », le Grets se propose de présenter un certain nombre des thématiques de recherche liées aux travaux qu'il réalise au sein de EDF R&D. Il s’agit ici de rendre compte de l'état des réflexions, engagées pour certaines depuis plusieurs années, et de les mettre en débat avec la communauté des chercheurs et des praticiens du domaine. Dans cette perspective, le programme de la journée s’organise autour de trois grandes entrées au croisement de moments, de niveaux et de catégories d’analyse, constituant une proposition d’approche intégrée d’une question globale.

Programme

  • La première session intitulée, « Les futurs de l’énergie : focales et méthodes d’analyse », s’intéresse aux moments d’ouverture et d’anticipation des problèmes. Une des caractéristiques des enjeux énergétiques est peut-être d’appeler des efforts particulièrement soutenus de prospective et de développement technique et de poser des questions particulièrement engageantes de l’avenir des sociétés. Ces questions se prêtent à différentes focales et méthodes d’analyse.
  • La seconde session, « Marchés, organisations, territoires : les appropriations locales des dispositifs », s’intéresse à des moments, des acteurs, des objets qui sont tout autant intermédiaires que médiateurs. La deuxième session repeuple la scansion entre l’offre et la demande, entre le producteur et le consommateur : les marchés, leurs multiples professionnels et leurs outils, les territoires, leurs particularités physiques et leurs intervenants locaux. Ils sont autant d’intermédiaires susceptibles de réarranger le sens et les effets des dispositifs conçus en amont : offres de services, produits techniques destinés à l’efficacité énergétique, dispositifs de prise en charge de la précarité énergétique. En ce sens, les multiples acteurs et artefacts examinés au cours de cette session ne sont pas de simples intermédiaires qui transmettraient sans transformation un produit ou un dispositif de l’amont vers l’aval, mais de véritables médiateurs qui reconditionnent et réarrangent l’offre. Cette session appelle à les considérer avec toute l’attention nécessaire.
  • La troisième session est appelée « Les usages face à l’innovation ». La conception de nouveaux dispositifs engage à réfléchir sur les processus d’intéressement des destinataires et de mise en forme de leurs usages. Une approche socio-technique des dynamiques expérimentales donne, à la fois, à voir les traductions opérées par les concepteurs / expérimentateurs (attribution d’intérêts, de projets, d’usages et de rôles à un public visé) et les redéfinitions opérées par les destinataires. Elle permet de saisir sur la durée les processus par lesquels les rôles et les usages des destinataires sont représentés, éprouvés et (re)négociés.

Travaux discutés par

Madeleine Akrich (CSI, Mines ParisTech)

François-Mathieu Poupeau (LATTS – CNRS)

Joseph Szarka (Université de Bath)

Marie-Christine Zélem (CERTOP – CNRS)
 


Détails

Localisation : Hôtel de l'Industrie | 4 place St Germain-des-Près | 75006 PARIS
Ajouter à mon agenda

Partager
Séminaire

Voir aussi