13 octobre 2012

Ecrire (l') homosexuel.le ? Des Monstrastions Homolittéraires (ou pas)

A l’occasion de la parution des revues Monstre # 4 - La revue qui épuise le genre & Hétérographe # 8 - Revue des homolittératures ou pas

En présence des équipes rédactionnelles des deux revues. Présentation Michel Zumkir

« Au-delà des modes et clichés, l'expérience gay continue d'être pertinente et riche de possibles. » (Monstre)

La revue Monstre, selon ses propres termes, épuise le genre depuis 2010, à raison de deux numéros par an : art contemporain, débats d'idées, recherche universitaire et champ littéraire s'y donnent rendez-vous pour porter un regard gay sur le monde en train de se faire. Avec une périodicité équivalente, née à Lausanne en 2009, Hétérographe — « Revue des homolittératures ou pas : » — se veut « un lieu de création et de débat ouvert à tous les publics » et milite pour le décloisonnement des identités. Revue Monstre « A force de répéter que les ghettos sont dangereux et que la littérature se passe de classification (et l’écrivain d’étiquettes), nous risquons d’oublier que le débat est toujours possible, voire nécessaire, et qu’il s’oppose au silence ou à la rapide dissolution de toute différence dans un consensus. » (Hétérographe)

Ecrire homosexuel, ou écrire l'homosexuel.le, à l'heure où la question du genre est à la fois plus présente dans le débat public, donc plus menacée : en quoi la forme (revue pluridisciplinaire, militantisme identitaire) permet-elle un ancrage plus concret, donc plus solide, de l'expérience gay dans le monde actuel ? Revue Hétérographe


Détails

Lieu : Le Comptoir des Presses
Ajouter à mon agenda

Partager