15 mai 2012

Ceci n'est pas une guerre, à propos de la violence en Colombie

Séminaire Anthropologie, psychanalyse et politique : Regards sur les terrains

organisé par l'Association française des Anthropologues

Avec Tania Roelens 

sur le thème "Ceci n'est pas une guerre", à propos de la violence en Colombie. La Colombie présente une situation politique apparemment stable alors qu'elle est traversée par un conflit d'une extrême et ample violence qui s'enracine dans une longue histoire: près de 20 000 homicides par an, entre 50 000 et 250 000 disparus, 4 millions de déplacés internes, le ressurgissement permanent de bandes armées. Des sources diverses témoignent chaque année de dizaines d’assassinats de syndicalistes, de juristes, de leaders populaires, de journalistes, d’enseignants, d'indiens, de noirs, de marginaux, des dizaines de massacres dans les campagnes et d’enlèvements. La banalisation, le déni et l’amnésie recouvrent cruellement ces crimes tout comme l’impunité et les courageuses tentatives pour en sortir.

Tania Roelens souhaite s’interroger sur les ressorts de ce paradoxe aux niveaux subjectif et collectif.

Bibliographie en français:

•    Gabriel Garcia Marquez: Cent ans de solitude.
•    Fernan Gonzalez et Fabio Zambrano, CINEP: L’état inachevé, racines de la violence en Colombie, FPH, 1995.
•    Gonzalo Sanchez, Guerre et politique en Colombie, L’Harmattan, 1998.
•    William Ospina: Ursúa, JC Lattès, 2007.
•    Daniel Pécaut: “Réflexions sur la violence en Colombie”, in “De la violence” de Françoise Héritier, 0dile Jacob, 1996.
•    “Les Farc, une guérilla sans fins?”, http://echogeo.revues.org/10163, 2008.
•    M. Victoria Uribe, Anthropologie de l’inhumanité, essai sur la terreur en Colombie, Calmann Lévy, 2004.

L’intervenante

Tania Roelens est psychiatre et psychanalyste, elle exerce à Paris et dans le Val de Marne après avoir vécu en Colombie pendant 20 ans. Elle a séjourné pendant 3 ans dans la région de l’Orénoque auprès des indiens sikuani. A Bogota elle a fondé et dirigé pendant 10 ans le centre d’accueil “Cachivache” pour jeunes de la rue et participé aux activités de l’association de psychanalystes Aldabon. Editrice de la revue de psychanalyse Post Data, recompilatrice de textes de psychanalyse et d’écrits de jeunes de la rue.

Auteure de:
•    « Convulsions collectives en terre de haï », revue Essaim No3, Dépossessions subjectives, Érès, 1999.
•    “ Le colibri et puis la rose”, revue La célibataire No10, L’exil, EDK, 2006.
•    El canto de los peces/Menepijiwipeliwaisianü, Bogota, 1994.
•    Traduction du recueil de poèmes de William Ospina, A qui parle Virginia en marchant vers l’eau?, bilingue, Cheyne editeur, 2004.


Détails

Lieu : La Maison Suger
Ajouter à mon agenda

Partager
Séminaire

Voir aussi