13 mai 2011

Recherche en sécurité : Pour un co-design SHS/Sciences appliquées

Journée d'études organisée par le programme Sécurité-Technologies-Société (STS) de la Fondation Maison des Sciences de l'Homme (FMSH) et la Société de l'électricité de l'électronique et des TIC (SEE). Comité d’organisation : Peter Burgess (PRIO), Ayse Ceyhan (Sciences Po/MSH), Philippe Cornu (UTT/ANR), Bernadette Dorizzi (INT), Guy Fontaine (INEO/GDFSUEZ), Laurent Olmedo (CEA) Jean-Marc Suchier (MORPHO). Depuis des années des chercheurs appartenant aux SHS/Humanités et aux Sciences Appliquées mènent des recherches sur la mise en place des solutions de sécurité sans suffisamment communiquer, voire même en exprimant de profondes réticences institutionnelles et disciplinaires les uns envers les autres. Or, la sécurité est par définition un objet de recherche complexe dont le traitement nécessite non seulement des passerelles disciplinaires, mais, peut-être également, une recomposition scientifique SHS/Humanités et Sciences Appliquées dont les grandes lignes restent à déterminer ensemble. Cette journée d’études qui réunit les représentants des deux disciplines se propose de dépasser le clivage traditionnel qui les sépare et d’examiner les pistes de collaboration scientifique pour approfondir la recherche sur la sécurité.

Programme

Accueil des participants: 9h

Ouverture de la journée d'études (9h30)

Michel Wieviorka (MSH) (sous réserve) Philippe Cornu (UTT/SEE)

Présentation de la thématique et des questions clés

Ayse Ceyhan, Peter Burgess, Jean-Marc Suchier (9h45-10h00)

Table ronde I – (10h – 11h30)

La recherche en sécurité : pourquoi développer un co-design SHS / Sciences appliquées?

Problématique : Quelles sont les disciplines qui se revendiquent de la recherche en sécurité? Cette dernière est-elle exclusivement l’objet des SHS ou des Sciences Appliquées? Quels sont la place et l’apport de ces deux disciplines? Est-il nécessaire de développer une approche inter (ou multi) disciplinaire? Qu’entend-on par co-design SHS/Sciences appliquées?
Modérateur : François Murgadella (ANR)
Anne Camillieri (Paris V), Thierry Delpeuch (CNRS/Centre Marc Bloch), Sylvia Preuss-Laussinotte (Paris X), Gilles Dusserre (Mines Ales), Guy Fontaine (Ineo/GDFSUEZ).
Discussion menée par le modérateur
Bilan par le modérateur PAUSE CAFÉ

Table ronde II – (11h45 – 13h15)

Les formes émergentes de collaboration Sciences appliquées/SHS : comment dépasser les réticences disciplinaires?

Problématique: Depuis quelques années, sous l’impulsion de la Commission Européenne et d’autres instances de recherche une collaboration SHS/Sciences Appliquées a commencé à se dessiner notamment dans le cadre des projets européens, de l’ANR, des Pôles de Compétitivité etc. Quel est l’impact de cette collaboration sur le plan disciplinaire? Est-ce qu’elle a généré un rapprochement disciplinaire ou bien est-ce que chaque discipline a continué de travailler dans son territoire? Quels sont les problèmes conceptuels, méthodologiques et épistémologiques qui ont émergé au cours de cette collaboration? Où en sommes-nous aujourd’hui en matière de collaboration SHS/Sciences Appliquées?
Modérateur : Peter Burgess (PRIO)
Intervenants :
Bernadette Dorizzi (INT), Céline Verchère (CEA), Gérard Dubey (INT), Daniel Pays (THALES), Dana Diminescu (MSH/ Paris Tech)
Approche des Pôles de Compétitivité : Jean-Pierre Tual
Discussion
Bilan par le modérateur

Table ronde III – (14h30 – 16h30)

Postures scientifiques pour une recomposition disciplinaire

Problématique : Peut-on aller au-delà d’une simple collaboration Sciences Appliquées/ SHS et développer une approche transdisciplinaire où aucune des disciplines n’a le monopole épistémologique? Peut-on développer une recomposition disciplinaire où les chercheurs peuvent mobiliser toutes formes de savoir (basique, appliqué, analytique, théorique, critique etc) et générer un nouveau type de connaissance? Est-ce qu’une telle démarche constitue une entrave à la diversité épistémique, ou au contraire, l’enrichit-elle davantage ?

Qu’entend-on par « recherche frontière »? Selon la Commission Européenne, la recherche frontière se propose de poser des questions sans tenir compte des limites établies dans le paysage scientifique par des savoirs traditionnels. Elle peut très bien impliquer multi, inter ou transdisciplinarité mettant ensemble des chercheurs qui appartiennent à des horizons disciplinaires différents. Ce qui implique la mobilisation d’approches, méthodes et hypothèses différentes voire même contradictoires. Est-ce qu’une telle perspective est souhaitable et réalisable pour la recherche sur la sécurité?

Modérateur: Olivier Fohanno (Ministère de l’Intérieur)
Pascal Dissard (ERC), Claire Lobet (Université de Namur FUNDP), Laurent Olmedo(CEA), Ayse Ceyhan (Sc Po/MSH), Jean-Marc Suchier (Morpho), Peter Burgess (PRIO).
Discussion
Bilan par le modérateur

Pause café

16 h 45: Intervention de clôture

Marco Malacarne (Commission Européenne, Chef d’Unité Recherche Sécurité DG ENTR)


Détails

Localisation : Le Ponant de Paris | 27 rue Leblanc | Paris 75015
Ajouter à mon agenda

Partager