25 novembre 2010

L’homo europeanus, un débat de l’après-guerre et la construction européenne

Wolfgang Schmale (Universität Wien), professeur invité au CIERA grâce au soutien de la FMSH, consacre son séjour en France à des recherches sur la notion d' "homo europeanus" dans l’immédiat après-guerre.
Cette conférence est co-organisée en partenariat par le CIERA et la FMSH.

Pendant les deux premières décennies de l’après-guerre, la question de "l’homo europeanus", de l’homme européaniste, ou de l’homme européen se trouve à l’ordre du jour. Le problème nous paraît familier depuis très longtemps : les humanistes n’appelaient-ils pas de leurs vœux la création d’un nouveau type d’homme ? N’en était-il pas de même au temps de la Révolution française ? Toutes les idéologies du 20e siècle connurent leur débat sur « l’homme nouveau ». Soulignons qu’au regard du poids idéologique qui pèse sur l’expression « homme nouveau », « l’homo europeanus » et « l’homme nouveau » ne se comparent pas facilement. . Ce qui est sûr, c’est que beaucoup d’intellectuels s’interrogeaient au sujet de l’Européen, du « Europäischer Mensch » comme l’appelait déjà Nietzsche, que le débat semblait crucial aux yeux des intellectuels de l’après-guerre. Parmi leurs noms nous pouvons citer l'Espagnol Salvador de Madariaga, le Français André Malraux, le Suisse Denis de Rougemont, les philosophes Max Horkheimer, Theodor Adorno, le social-démocrate Carlo Schmid, l’Italien Paolo Vittorelli.

Wolfgang Schmale est professeur d’histoire moderne et contemporaine à l’Universität Wien. Il a auparavant enseigné en Allemagne, en France où il fut à de nombreuses occasions professeur invité, ainsi qu’à la Hebrew University Jérusalem.
Ses thèmes de recherche s’articulent autour de quatre pôles :

  • Histoire de l’Europe et histoire de France
  • Histoire du droit à l’époque moderne
  • Histoire du corps et études masculines
  • Historiographie et nouveaux médias

Il travaille actuellement à un projet de recherche soutenu par le FWF (Wissenchaftsfonds) sur la Ligue des droits de l’homme autrichienne.


Partager
Conférence