19 février 2010

Ontologie de l'anthropomorphisme

La Maison Suger accueille cette troisième séance du séminaire sur "le développement cognitif de l'intersubjectivité"

avec Gabriella Airenti (professeur de psychologie cognitive à l'université de Turin), invitée dans le cadre de l'IEA-Paris.

En psychologie cognitive, la naissance et le développement chez l’enfant de la représentation de l’autre peut s’analyser à partir de deux points de vue différents.
D’une part, on pourra suivre une approche  purement cognitive, selon laquelle on ne peut  interagir avec les autres sans faire des hypothèses sur leurs états mentaux. Ces hypothèses concernent la théorie de l’esprit, c’est à dire  l’habileté de construire des représentations à plusieurs niveaux logiques, et les étapes du développement de cette capacité chez l’enfant.
D’autre part, on pourra poser le problème du développement des habiletés relationnelles. L’enfant entre en relation avec l’autre depuis sa naissance.
On peut donc considérer qu’il existe une habileté relationnelle, distincte de la théorie de l’esprit. Cette habileté évolue en utilisant, aux différentes phases du développement, un certain nombre de possibilités représentationnelles.

A partir de cette distinction, plusieurs questions se posent. Quelles sont les bases de l’intersubjectivité ? Est-ce qu’il est possible de distinguer l’intersubjectivité humaine des relations que les primates établissent avec leur co-spécifiques ? Est-ce qu’il y a continuité ou discontinuité  entre les formes précoces d’intersubjectivité et celles, plus développées des adultes ?
Dans ce cycle de séminaires, je vais étudier les modalités de développement de ces capacités chez l’enfant. La première séance sera consacrée à la question de la sincérité au sein de la communication : comment les enfants apprennent-ils la différence entre un échange verbal qui se réfère à la réalité et une conversation fondée sur une référence implicite à la fiction, à  l’ironie, et même à l’humour ? Je vais ensuite, dans une deuxième  séance, traiter de la naissance de la communication chez l’enfant. En particulier, je vais considérer le jeu d’imitation, que je vais comparer à d’autres formes de coopération et de conflit, comme la première forme non linguistique de reconnaissance de la réciprocité. Dans la dernière séance, je vais examiner les fondements cognitifs et relationnels  de l’anthropomorphisme humain.


Détails

Lieu : La Maison Suger
Ajouter à mon agenda

Partager
Séminaire