du 26 au 27 mars 2010

De la gouvernance à la dynamique du "commun" de l’Internet : questions autour du "droit d’entrée"

Le programme Vox Internet II / FMSH organise son colloque de clôture

Il portera sur la question de l’accès, autrement dit du "droit d’entrée" dans l’Internet.

Deux idées-force ont guidé les recherches du projet Vox Internet II / FMSH ("Gouvernance de l’internet : la construction démocratique des normes") : la pluralité des normes et la dynamique de l’action collective. Le présent colloque traitera plus particulièrement de la question de l’accès, autrement dit du "droit d’entrée" dans l’Internet (communications en français, sauf deux en anglais).

Trois thématiques seront travaillées à cet égard :
- l’exigence d’une littératie appropriée au numérique
- le défi de l’ouverture des savoirs permise par les réseaux
- le souci démocratique dans la régulation des accès physiques - le tout en respectant la démarche multidisciplinaire essentielle à nos travaux.

L’approche du sujet "gouvernance de l’Internet" sous l’angle de la pluralité des normes permet de combiner les contraintes construites par les infrastructures et les architectures techniques, les instruments de politiques publiques, les exigences des marchés et la diversité des usages. Les questionnements sur l’accès à l’Internet se résument trop souvent dans la littérature scientifique à une approche, plus ou moins élaborée, de la "fracture numérique". Nous nous emploierons, en mettant l’accent sur les controverses les plus vives et plusieurs initiatives présentées comme prometteuses, à analyser les ordres multiples de régulation. Ils témoignent en effet de tensions diverses autour d’une question centrale : l’Internet est-il au sens propre un « bien » et dans quelle mesure ce "bien" est-il "commun" ?   
De fait, la notion de "commun" appliquée à l’Internet doit être revisitée. Comment peut-on délimiter le champ des "biens communs informationnels" : parle-t-on de la disponibilité de l’information ou du partage de la connaissance, de la couverture en haut débit ou d’un accès minimum pour tous, du retour à un monde "plat" ou de l’harmonie dans la différence ? Ne doit-on pas leur accorder une importance comparable aux biens communs naturels (l’eau, l’air), ou aux "services" tout aussi essentiels (l’éducation, la santé) que certains appellent des merit goods ?

Notre hypothèse est la suivante : la gouvernance, comprise comme la "gestion en commun" de l’Internet, a besoin de principes fermes et de règles évolutives. C’est à cette condition que l’Internet peut signifier l’espace commun d’un déploiement et d’un partage équitable et durable des savoirs.

Il s’agit en effet de corriger la "tragédie des 3 C", celle d’un monde où l’on ne peut avoir en même temps la Complexité, la Complétude et la Cohérence. Or nul ne doute aujourd’hui que le monde numérique est en totale continuité avec le monde physique. Promouvoir l’ouverture des voies d’accès à la connaissance, enrichir les modalités de création et de diffusion des savoirs, dévoiler les principes d’une régulation légitime, voilà qui pourrait nourrir la dynamique du "commun".
On peut partir du droit existant, en s’appuyant sur des principes fondamentaux (le droit à la liberté d’expression, à l’information, à la connaissance, par exemple), dont la mise en œuvre rencontre des obstacles de toutes natures. On peut aussi, au vu des transformations repérées en matière de savoirs et de pouvoirs, analyser des formes inédites de relations d’autorité - lesquelles finissent par se substituer de facto au droit ou, parfois, en suggèrent une reconfiguration ouverte et plurielle. Enfin, au-delà du droit à l’information et dans le droit fil des Communication Rights revendiqués depuis longtemps pour l’ensemble des médias, un "droit à la communication" est-il imaginable pour exprimer et garantir le caractère éminemment qualitatif de nos interactions sur l’Internet ? Peut-être alors pourrions-nous mieux discerner les objectifs et moyens nécessaires pour bâtir un monde commun matériel et immatériel, privé et public, local et global.


Détails

Localisation : Ecole des Mines | 60 bd Saint-Michel | 75006 Paris
Ajouter à mon agenda

Partager
Colloque