Camil-Alexandru Pârvu

Associate researcher to the initiative Social Movements in the Global Age

Stay in France: from October 15 to December 15, 2017

Camil-Alexandru Pârvu is associate professor of University of Bucharest with expertise in Human Rights, Representation and Electoral Systems, Political Theory.

Research project of Camil-Alexandru Pärvu

« Social movements and political parties in Central and Eastern Europe: a draft of a Polish counter-movement? »

Depuis 2011, une série de mouvements contestataires ont mobilisé des discours critiques dans l’Europe centrale et orientale. Qu’il s’agisse de la contestation des dérives autoritaires et conservatrices des gouvernements en Pologne ou en Hongrie, ou bien des manifestations contre les politiques d’austérité suite à la crise financière et économique, ou bien encore les manifestations anti-corruption en Roumanie et en Bulgarie, il ne manque pas d’exemples de mobilisations dans ces pays qui n'avaient connu que des concertations contestataires faibles et occasionnelles dans les deux premières décennies après 1989. 

Plusieurs questions surgissent des lors, dont deux sont plus centrales à la présente démarche. La première est : quelle est la nature de la contestation ? est-elle vraiment une contestation visant les dynamiques profondes du néolibéralisme, ou bien plutôt une contestation qui incorpore et approprie les tropes politiques et économiques du néolibéralisme (tout particulièrement autour du thème de la corruption). Quelles sont, en d’autres mots, les luttes discursives qui se déroulent au sein même des mouvements autour des vocabulaires de la contestation ?

La seconde question : y a-t-il une jonction avec des nouveaux partis politiques (« issues des mouvements »), tels que Razem en Pologne, et peut-on parler de l’esquisse d’un contre-mouvement tels que théorisé par Karl Polanyi (La grande transformation, 1944) ? Plusieurs contributions récentes constataient l’improbable jonction entre partis politiques et mouvements sociaux et cherchaient d’en trouver les raisons (N.Fraser, A Tripple Movement ?, NLR 2013). La présente contribution cherche à revisiter ces considérations dans le cadre particulier de l’Europe centrale et orientale (tout particulièrement, l’analyse portera sur la Pologne, la Hongrie, la Serbie, la Roumanie et la Bulgarie), - des pays qui, loin de pouvoir être traités comme un bloc, présentent des enjeux comparables et soulèvent des interrogations convergentes. 

Recent publications

►Syndrome or Symptom: Populism and Democratic Malaise in Post-Communist Romania

The Boundary Problem in Democratic Theory: Cosmopolitan Implications

Cosmopolitanism and the Legacies of Dissent

Mouvements sociaux et élections Questionner l'absence d'un « double mouvement » polanyien

Populism, Cosmopolitanism and the Reconfiguration of Contemporary Politics

Extraterritorial Voting Rights from a Cosmopolitan Perspective

Contestatory Cosmopolitanism, Neoliberal Rationality and Global Protests

Contingency and Contestability: Questioning Cosmopolitan Foundations